Recommandations

Recommandations aux auteurs

L’activité de l’équipe de L’Entomologiste est entièrement bénévole et pour faciliter son travail, il est demandé aux auteurs de suivre aussi scrupuleusement que possible les présentes Recommandations. Les manuscrits non conformes pourront être retournés.

Pour toute correspondance, s’adresser au rédacteur :

Laurent PÉRU
Revue L’Entomologiste
Le Chalet
Lieu-dit Les Saint-Germain
F-45470 Loury

Acceptation des travaux

L’Entomologiste publie, exclusivement en langue française, des articles originaux sans limite du nombre de pages. Les notes courtes ou analyses diverses destinés aux différentes rubriques « Notes de terrain et observations diverses », « Techniques entomologiques », « Parmi les livres », etc. sont acceptées à condition de ne pas dépasser deux pages imprimées (environ 8 000 caractères, espaces compris, sans illustration ni tableau).

La publication de travaux dans L’Entomologiste est gratuite pour les abonnés et pour les membres de la Société entomologique de France. En cas de collaboration, au moins l’un des auteurs doit satisfaire à l’une de ces conditions. Dans les autres cas, une somme forfaitaire de 50€ est demandée pour une note et de 100€ pour un article.

Les manuscrits sont à fournir sous forme dactylographiée traditionnelle ou, de préférence, en version informatique émanant des logiciels courants de traitement de texte, envoyée par courrier électronique au rédacteur.

Chaque manuscrit est soumis à l’examen des membres du Comité de rédaction qui peuvent solliciter tout spécialiste du sujet traité.

Lors de la description de nouveaux taxons, les auteurs doivent se conformer à la dernière édition du Code international de nomenclature zoologique. Il est vivement recommandé dans ce cas, que les types primaires (holotypes) soient déposés dans une institution publique.

Dès l’acceptation de publication, notifiée par courrier postal ou électronique, les droits de reproduction des travaux sont tacitement cédés par les auteurs au bénéfice exclusif de L’Entomologiste, la totalité des droits d’auteur devenant ainsi propriété de la revue.

Présentation des manuscrits

Les auteurs doivent toujours se reporter aux numéros récents de L’Entomologiste pour parfaire la présentation générale de leur texte.

Les manuscrits sont composés le plus simplement possible avec une seule police de caractère, sans style, sans capitales ni caractères en gras ; la mise en forme doit être simple, sans colonnes et en évitant notamment les notes infrapaginales ou autres renvois. Toute difficulté doit être exposée au rédacteur.

Pour les articles, les manuscrits comportent :

  • un titre mentionnant l’ordre et la famille, éventuellement la sous-famille, d’Arthropodes concernés ;
  • les noms complets des auteurs, suivis de leurs adresses complètes et de leurs adresses électroniques ;
  • un résumé en français d’une dizaine de lignes maximum (moins de 1 000 caractères, espaces compris) et un summary en anglais (de même taille précédé de la traduction du titre), éventuellement un résumé dans une autre langue, suivis d’une liste d’une dizaine de mots-clés en anglais (keywords) ;
  • le texte proprement dit dont la présentation doit clairement faire apparaître les subdivisions appropriées à la nature de l’article (par exemple : Introduction,
    Matériel et méthodes, Résultats, Discussion, Conclusion, Remerciements, Références bibliographiques), ainsi que le début des paragraphes et la place des tableaux et illustrations. Les dates d’observation ou de capture sont rédigées avec des tirets entre les chiffres, le mois en chiffres romains et l’année en entier : 15-VI-2021, du 4 au 8-XII-2021 ; dans le cas de citations et surtout d’énumération de localités françaises, il est demandé d’associer chaque commune au code officiel géographique de l’INSEE.
  • les légendes des figures, des planches, des photographies et des tableaux.

Pour les notes courtes ou analyses d’une ou deux pages imprimées, il est inutile de fournir résumés et mots-clés.

Références bibliographiques

Les appels dans le texte sont présentés comme suit : Dupont* [2013], [Dupont, 2012a, b], [Dupont & Martin, 2012] et [Dupont et al., 2013] s’il y a plus de deux auteurs. Les références bibliographiques des appels cités dans le texte, et uniquement elles, sont regroupées en fin d’article, par ordre alphabétique des noms d’auteurs et, le cas échéant, par ordre chronologique pour chacun d’eux. Elles sont placées à la fin du manuscrit en respectant strictement les modèles ci-après et ceux publiés, notamment en mentionnant sans abréviation ni acronyme, les titres des revues des ouvrages, des colloques et des sites internet :

  • Blandin P., 2010. – Biodiversité. L’avenir du vivant. Paris, Albin Michel, 260 p.
  • Richoux P., 2014. – Cylindera (Cylindera) germanica (L., 1758), espèce rare ou discrète ? (Coleoptera Cicindelidae). L’Entomologiste, 70 (5) : 265-268.

*Les noms des auteurs sont rédigés en petites capitales (raccourci clavier : Ctrl+maj+K)

Il est également demandé, dans le cas de documents rares, non reprographiés (manuscrits ou archives), et pour la « littérature grise » en général (mémoires, rapports, bulletins peu diffusés de sociétés savantes…), de préciser entre crochets en fin de référence, la bibliothèque ou l’institut où ils peuvent être consultés. 

Illustrations et tableaux

Les illustrations originales sont fournies numérotées et accompagnées d’échelles cotées ; elles peuvent être regroupées en planches qui seront reproduites au format imprimé de 13,4 × 19,0 cm, éventuellement diminué en hauteur par l’emplacement de la légende.

Toutes les illustrations peuvent être fournies sous forme numérisée ; elles doivent alors être obligatoirement transmises dans des fichiers séparés du texte, avec une résolution minimale de 300 dpi (ppp) pour des photographies ou des dessins en demi-teintes, (soit au moins 1 600 pixels de large pour une illustration pleine page) et de 600 dpi (ppp) pour des dessins au trait (soit au moins 3 200 pixels de large pour une illustration pleine page). La compression des fichiers (au format .JPEG ou .TIFF) ne doit pas être exagérée (consulter le rédacteur). Les tableaux sont de préférence saisis sous forme informatique (au format .XLS ou autre).

Le texte des légendes est porté en fin de manuscrit. Les places souhaitées pour l’insertion des figures et tableaux doivent être précisées dans le texte du manuscrit, sachant que la forme définitive de l’article relève de la rédaction.

Le recours aux illustrations en couleurs est encouragé mais doit être justifié et éventuellement discuté avec le rédacteur.

Épreuves et separata

Après examen par le Comité de rédaction, une épreuve est soumise à l’auteur et en cas de collaborations, au premier signataire. Les remaniements importants ou les additions de texte ne sont généralement pas admis. Les corrections et changements mineurs portés sur les épreuves sont à retourner le plus rapidement possible par les auteurs avec leur « bon à tirer ». 

La rédaction, responsable de la mise en page se réserve le droit de modifier la pagination et la forme des épreuves, dans le respect de la ligne graphique de la revue.

L’Entomologiste fournit gracieusement 25 separata imprimés (ou tirés à part) à l’auteur principal d’un article. Les autres auteurs (comme ceux de notes et de recensions) reçoivent une copie numérique au format .PDF dès la diffusion de la revue.

Diffusion

Les épreuves ne doivent pas être diffusées.
Pour ne pas nuire à la revue, les articles sont diffusables en ligne par les auteurs deux ans après la parution papier. Cette diffusion concerne notamment les plateformes collaboratives ou plateformes d’échanges (ResearchGate par exemple) et la presse en ligne.